developpement personnel

La peur du regard des autres n’est qu’une illusion, comment s’en débarrasser définitivement ?

Bonjour à tous, je suis très heureuse de vous retrouver pour un nouvel article. Dans cet article, je vais vous parler comme vous l’aurez compris en lisant son titre du regard des autres. Vous pourrez retrouver d’autres articles sur le thème du développement personnel en cliquant ici.

Pendant très longtemps, je me focalisais en permanence sur le regard que pouvez avoir les autres sur les choses que je faisais. Cela m’a énormément fait souffrir et je suis certaine que vous aussi. Mais pourquoi donc donner une telle importance au regard des autres. Je me suis rendu compte que de toute façon peu importe les choses que l’on fait, il y aura toujours quelqu’un pour critiquer. J’ai donc arrêté de me faire du mal et de vivre enfin ma vie selon mes envies.

Le week-end dernier, je suis allé voir une pièce de théâtre qui m’a énormément touchée car l’histoire illustre bien ce que je viens d’énoncer plus haut. Dans cet article, je vous propose donc de découvrir cette histoire afin de vous faire prendre conscience que la seule personne à qui vous devez plaire c’est vous-même car les gens auront toujours quelque chose à vous reprocher.

Bonne lecture ^^.

L’histoire « le fils de Nasreddine »

Le texte que je vous présente ici est la première histoire d’un recueil de 60 histoires que je vous invite à découvrir. Il s’agit des « Sagesses et malices de Nasreddine, le fou qui était sage » de Jihad Darwiche que vous pouvez acheter en cliquant ici : Sagesses et malices de Nasreddine, le fou qui était sage.

Sagesse et malice de Nasreddine, le fou qui était sage

 

Voici, cette fameuse histoire « le fils de Nasreddine ». Il y est question de la peur du regard des autres…

Le fils de Nasreddine avait treize ans. Il ne se croyait pas beau. Il était même tellement complexé qu’il refusait de sortir de la maison.

« Les gens vont se moquer de moi », disait-il sans arrêt. » Son père lui répétait toujours qu’il ne fallait pas écouter ce que disent les gens parce qu’ils critiquent souvent à tort et à travers, mais le fils ne voulait rien entendre.

Nasreddine dit alors à son fils : « Demain, tu viendras avec moi au marché. »

Fort tôt le matin, ils quittèrent la maison. Nasreddine Hodja s’installa sur le dos de l’âne et son fils marcha à côté de lui. A l’entrée de la place du marché, des hommes étaient assis à bavarder. A la vue de Nasreddine et de son fils, ils lâchèrent la bride à leurs langues : « Regardez cet homme, il n’a aucune pitié ! il est bien reposé sur le dos de son âne et il laisse son pauvre fils marcher à pied. Pourtant, il a déjà bien profité de la vie, il pourrait laisser la place aux plus jeunes. »

Jour 1

Nasreddine dit à son fils : « As-tu bien entendu? Demain, tu viendras avec moi au marché. »

Le deuxième jour, Nasreddine et son fils firent le contraire de ce qu’ils avaient fait la veille : le fils monta sur le dos de l’âne et Nasreddine marcha a côté de lui. A l’entrée de la place, les mêmes hommes étaient là. Ils s’écrièrent à la vue de Nasreddine et de son fils « Regardez cet enfant, il n’a aucune éducation, aucune politesse. Il est tranquille sur le dos de l’âne, alors que son père, le pauvre vieux, est obligé de marcher à pied ! »

jour 2

Nasreddine dit à­ son fils : « As-tu bien entendu ? Demain, tu viendras avec moi au marché ! »

Le troisième jour, Nasreddine Hodja et son fils sortirent de la maison à pied en tirant l’âne derrière eux, et c’est ainsi qu’ils arrivèrent sur la place. Les hommes se moquèrent d’eux : « Regardez ces deux imbéciles, ils ont un âne et ils n’en profitent même pas. Ils marchent à pied sans savoir que l’âne est fait pour porter les hommes. »

jour 3

Nasreddine dit à son fils : « As-­tu bien entendu? Demain, tu viendras avec moi au marché ! »

Le quatrième jour, lorsque Nasreddine et son fils quittèrent la. maison, ils étaient tous les deux juchés sur le dos de l’âne. A l’entrée de la place, les hommes laissèrent éclater leur indignation. Regardez ces deux-là, ils n’ont aucune pitié pour cette pauvre bête !»

jour 4

Nasreddine dit à son fils : « As-tu bien entendu? Demain, tu viendras avec moi au marché ! »

Le cinquième jour, Nasreddine et son fils arri­vèrent au marché portant l’âne sur leurs ‘épaules. Les hommes éclatèrent: de rire : « Regardez ces deux fous ; il faut les enfermer. Ce sont eux qui portent l’âne au lieu de monter sur son dos.

jour 5

Et Nasreddine Hodja dit à son fils : « As-tu bien entendu ? Quoi que tu fasses dans ta vie, les gens trouveront toujours à redire et à critiquer. Il ne faut pas écouter ce que disent les gens. »

Pour ceux qui préfère écouter, je vous mets ici la version vidéo :

 

La moral de cette histoire

Comme le dit très bien le père de Nasredine à la fin de cette histoire, quoi que l’on puisse faire dans la vie, les gens trouverons toujours quelque chose à redire ou même à critiquer.

Alors arrêtons de se focaliser dessus et vivons notre vie telle que nous le souhaitons. On ne s’en portera que mieux et éviteront ainsi bien des souffrances inutiles.

Voici quelques techniques pour vaincre la peur du regard des autres :

  • FOCALISER COMPLÈTEMENT SON ATTENTION SUR LE MOMENT PRÉSENT : Essayer de focaliser son attention non pas sur ce que vont penser les autres (par exemple « qu’est-ce qu’il pense de moi ? ou Est-ce que je suis intéressant(e) ?) mais de la déplacer sur ce qui se passe dans le moment présent. Il s’agit de laisser ses sens prendre pleinement leurs place (la vue, l’odorat, l’ouï, etc…) et de ne surtout pas analyser ou  juger son interlocuteur.

  • SE DIRE QUE JUGER… C’EST DANS LA NATURE HUMAINE : La peur du regard des autres est un mécanisme lié à l’anxiété ou la phobie sociale. C’est une appréciation erronée de la réalité, c’est ni plus ni moins qu’une sorte d’alarme interne qui serait « déréglée ».

  • NE PAS RÉFLÉCHIR, SUIVRE TOUT DE SUITE SES PREMIÈRES IMPULSIONS : Cette technique consiste à avoir 100% confiance en ses émotions, ses pulsions et ses envies du moment. Il s’agit par exemple de ne pas refouler des émotions ou pensées et de ne pas hésiter à les exprimer pleinement sans penser à ce que les gens vont penser. C’est une technique plutôt radicale mais qui permet de ne pas ressentir de poids intérieur qui de toute façon sortira d’une manière ou d’une autre.

  • SE DIRE SIMPLEMENT « LE REGARD DE L’AUTRE M’EST ÉGAL. » : C’est une technique qui n’est pas évidente et qui demande un petit peu d’entrainement pour certains. Il s’agit de se dire « je m’en fou du regard des autres ». Cela permet de s’enlever de la pression inutile. Cette phrase, il faut se la répéter autant de fois que nécessaire car il faut de temps pour faire taire nos ruminations intérieures.

  • RELATIVISER, ADMETTRE QUE JE PUISSE ÊTRE UNE PERSONNE FAILLIBLE : La perfection n’existe pas et on pourra toujours faire mieux. Chaque personne connaît des moments de faiblesse ou commet des erreurs. Personne n’est parfait et fort heureusement d’ailleurs. On append tous de nos erreurs. Donc arrêtons de nous en faire et soyons reconnaissant de nos échecs car ils nous permettent de grandir et de devenir encore meilleur. Il ne faut donc jamais avoir honte de ne pas savoir ou de se tromper. En ôtant la penser que l’échec et un échec mais un apprentissage, la vie devient beaucoup plus facile.

  • SE DIRE QUE L’ATTENTION DES GENS EST TROP SOLLICITÉE POUR JUGER : Rare sont les personnes qui portent réellement leurs attentions sur le moment présent. En effet, les personnes sont beaucoup plus occupées à penser à l’image sociale qu’ils renvoient et de la phrase qu’ils sont entrain de prononcer.

  • REMPLACER LA PEUR PAR LE PLAISIR : Il s’agit de trouver du plaisir dans les échanges avec les autres. C’est une technique efficace et très saine mais qui demande de trouver toutes les ressources intérieures. Si, on arrive à se défaire de cette pression sociale, les relations deviennent s’insèrent, constructives et c’est là que le plaisir survient. Voilà pourquoi, il est beaucoup plus agréable de discuter avec une bonne amie à qui l’on parle avec sincérité et avec de vraies émotions. Je suis certaine que vous voyez exactement ce que je veux dire.

J’espère que ces techniques pourront vous être utiles et que vous allez les mettre en pratique. Et, vous avez-vous d’autres techniques ?

Conclusion

Voilà, j’espère que cette petite histoire vous aura plu. N’hésitez pas à la partager également autour de vous et sur les réseaux sociaux car cela peut être utile à beaucoup de personne.

Qu’avez-vous pensé de cette histoire ? Avez-vous d’autres histoires du même genre à nous partager ? Quelles sont vos astuces pour vaincre le regard des autres ?

Je vous remercie d’être toujours plus nombreux à me lire. Cela me met du baume au coeur et m’encourage à continuer à vous partager mes expériences afin de vivre toujours plus en harmonie avec qui nous sommes vraiment et la nature.

Je vous dis à très vite pour de nouveaux articles.

emoji Lalou

8 commentaires sur “La peur du regard des autres n’est qu’une illusion, comment s’en débarrasser définitivement ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s